134 Prisonniers politiques libéré en 2014

Cent cinquante-huit prisonniers politiques ont été libérés en Côte d'Ivoire au nom de la réconciliation, dont 134 cette année, a déclaré vendredi le ministre du Plan ivoirien, Albert Toikeusse Mabri, sur l'antenne de Radio France internationale (RFI).


"Il y a eu dix libérations (en juillet), ensuite quatorze (en août), au nombre desquelles Pascal Affi N'Guessan", le président du Front populaire ivoirien (FPI), actuel leader de l'opposition, a remarqué M. Mabri, par ailleurs président de l'Union pour la démocratie et la paix en Côte d'Ivoire (UDPCI, majorité).

"Puis sur décision du président de la République en décembre 2013, nous avons libéré au début de l?année 134 prisonniers", a-t-il affirmé, pour un total de "158".
De tels chiffres, demandés à de multiples reprises par l'AFP aux autorités ivoiriennes, n'avaient jusqu'alors pas été communiqués.

"On ne peut pas dire qu?il n?y a pas eu de libération", a lancé le ministre, quand l'opposition, FPI en tête, dénonçait dimanche dans un communiqué "le maintien en détention injustifiée" de "près de huit cents prisonniers politiques civils et militaires".

Le climat politique s'est fortement tendu la semaine dernière avec le transfèrement de Charles Blé Goudé, un proche de l'ex-président Laurent Gbagbo, à la Cour pénale internationale (CPI), qui le poursuit pour crimes contre l'humanité.

Opposition et majorité se sont mutuellement accusées d'avoir rompu les négociations, trois ans après la fin de la crise postélectorale, consécutive au refus de l'ex-président Gbagbo de reconnaître sa défaite face à l'actuel chef de l'Etat Alassane Ouattara.

Les violences avaient fait plus de 3. 000 morts entre décembre 2010 et avril 2011.
Les libérations provisoires de prisonniers, qui heurtent considérablement les familles des victimes ivoiriennes, ont été qualifiées de "progrès considérable" par Doudou Diène, un expert onusien, en février.
"On ne peut pas détenir des personnes pendant deux ans ou plus sans les juger, avait-il argumenté. Les détenus ont aussi des droits. "

Source: Jeune Afrique 

Partage sur Google Plus

About Foster Ncho

Foster N'CHO est Entrepreneur et blogueur, passionné du monde TIC et du partage de savoir. Ma mission première est de créer un cadre participatif pour accompagner les jeunes porteurs de projets pouvant changer positivement le quotidien des Africains.

0 commentaires :

Enregistrer un commentaire